infortune

infortune [ ɛ̃fɔrtyn ] n. f.
• 1350; lat. infortunium
1Littér. Mauvaise fortune. adversité, détresse, malheur. S'apitoyer sur l'infortune d'autrui. Pour comble d'infortune. malchance. Compagnon, frère d'infortune : personne qui partage les malheurs, la misère d'une autre personne.
2Revers de fortune. disgrâce, malheur, misère. Les femmes « ne comptent pour des infortunes que les déceptions du cœur » (Balzac).
⊗ CONTR. Bonheur, félicité, fortune.

Infortune situation d'un conjoint trompé par l'autre.

infortune
n. f. Litt.
d1./d Mauvaise fortune, adversité. Tomber dans l'infortune.
d2./d Revers de fortune, désastre. Il m'a raconté ses infortunes.

⇒INFORTUNE, subst. fém.
A. — Mauvaise fortune. Synon. adversité, détresse, malheur. Grande infortune; vivre, tomber dans l'infortune; le poids de l'infortune. Car la pauvreté et le malheur sont héréditaires dans ma famille, et la plupart de mes parents sont morts dans l'infortune (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1828, p. 15). La pire infortune pour un grand homme, c'est l'admiration des imbéciles (BLOY, Journal, 1902, p. 133). Il m'a aidée dans l'infortune. À mon tour, je le soutiendrai (AUDIBERTI, Mal court, 1947, III, p. 191).
L'infortune de + inf. Le plus sensible accepterait sans révolte l'infortune d'être incompris (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p. 206) :
1. ... et d'abord mettre fin à l'injustice établie en France; y désorganiser, si j'ose dire, l'injustice. C'est cela que j'eusse demandé au Garde des Sceaux, lors des derniers débats de l'Assemblée consultative, si j'avais l'honneur et l'infortune d'y siéger.
MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p. 494.
(Subst.) + d'infortune. De misère. Le parfum de l'eau de Cologne (...) donna à ce logis de fugitifs effluves d'opulence (...) que recouvriraient bientôt les graillons des cuisines d'infortune (ARNOUX, Roi, 1956, p. 8).
Compagnon, frère, sœur d'infortune. Personne qui supporte les mêmes malheurs. Il avait appuyé sa tête contre le sein de sa sœur d'infortune (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 403). Tu as tort. Si tu trahis ta compagne de condition, de corps, d'infortune... (GIRAUDOUX, Électre, 1937, II, 5, p. 150).
Rare. [En parlant de qqc.] État de ce qui est abandonné. Il acquérait (et cela depuis des années) tous les lopins tombés en infortune sur le bord de ses terres, de façon à créer autour de lui une étendue inhabitée où il fût seul (BOSCO, Mas Théot., 1945, p. 8).
B. — Revers de fortune. Synon. calamité, catastrophe. Toutes les infortunes du monde; éprouver des infortunes; supporter les infortunes; raconter ses infortunes. Chavirer au port est ce qu'il y a de plus horrible dans les infortunes maritimes (BALZAC, Lettres Étr., t. 2, 1850, p. 154). Entre dix-huit et vingt-deux ans, elle a dû être d'une éclatante et émouvante beauté. Quelles qu'aient pu être ses infortunes de famille (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 31) :
2. Nous irons voir aujourd'hui les couvents du Nord, je veux dire tourner autour, car on n'y entre pas comme on veut. Les franciscains ne reçoivent pas les femmes; les carmélites et les clarisses se murent contre les hommes. J'ai connu pareille infortune au Mont Athos où j'ai dû, pour quelques jours, me condamner au célibat.
T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1963, p. 278.
Infortune(s) conjugale(s). Fait d'être trompé par son conjoint :
3. Pourquoi donc ce mauvais sentiment qui nous porte toujours à nous réjouir des infortunes conjugales d'autrui? Y a-t-il là une jalousie déguisée? Je crois, en effet, que chaque homme voudrait avoir à lui toutes les femmes, même celles qu'il ne désire pas.
FLAUB., Corresp., 1853, p. 151.
Infortunes domestiques. Événements malheureux qui arrivent au sein de la famille. Synon. infortunes de famille. Pardon, monsieur, de vous entretenir de nos infortunes domestiques (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 753).
D'infortune en infortune. Quelque chose qui s'abat sur Nerval, et qui va, d'infortune en infortune, jusqu'à prendre entière possession de lui (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 361).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1370-72 « revers de fortune » (N. ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, IX, 15, p. 490); 1853 infortunes conjugales (FLAUB., supra ex. 3); 2. 1370-80 « détresse, malheur » (Trad. OVIDE, Remède d'Amour, 1449 ds T.-L.); 1797 compagnon d'infortune (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, p. 1742). Empr. au lat. infortunium « infortune, malheur, châtiment » avec pour la forme influence de fortune. Fréq. abs. littér. : 824. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 332, b) 865; XXe s. : a) 819, b) 557.

infortune [ɛ̃fɔʀtyn] n. f.
ÉTYM. V. 1360, sens 2; lat. infortunium; de in- (1. in-), et fortuna. → Fortune.
Littéraire ou style soutenu.
1 (Au sing.; 1422). Mauvaise fortune; mauvais sort. Adversité, détresse, malheur. || Les hommes semblent nés pour l'infortune, pour être malheureux (→ Disgrâce, cit. 9). || S'apitoyer sur l'infortune d'autrui (→ Généreux, cit. 11). || Dans mon infortune… (→ Fêter, cit. 3). || Pour comble d'infortune il perdit sa place.Compagnon, compagne d'infortune : personne qui supporte les mêmes malheurs.
1 Nous nous voyons sœurs d'infortune (…)
Molière, Psyché, I, 1.
2 Le courage dans l'infortune irrite les cœurs lâches, mais il plaît aux cœurs généreux.
Rousseau, les Confessions, X.
L'infortune de subir qqch. || Dans l'infortune de faire faillite.
Vx. Manque de réussite. || L'infortune d'une expédition militaire. Insuccès.
Par métonymie. Vx. || L'infortune : les infortunés.
2.1 — Qui ? personne, Thérèse, personne absolument; il n'est nullement nécessaire que l'infortune soit vengée, elle s'en flatte parce qu'elle le voudrait, cette idée la console, mais elle n'en est pas moins fausse : il y a mieux, il est essentiel que l'infortune souffre; son humiliation, ses douleurs sont au nombre des lois de la nature, et son existence, utile au plan général, comme celle de la prospérité qui l'écrase (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 54-55.
2 Une, des infortunes. Revers de fortune. Disgrâce, malheur, misère (→ Croire, cit. 28). || Les grandes prospérités et les grandes infortunes (→ Image, cit. 27). Calamité, catastrophe. || Les infortunes des grands hommes (→ Abattre, cit. 11). || Éprouver (cit. 31) des infortunes. || Supporter les infortunes qui nous arrivent (cit. 48). || Infortunes domestiques (→ Assimiler, cit. 1), de famille.
3 Quand j'envisage de près les infortunes inouïes d'une si grande reine, je ne trouve plus de paroles (…)
Bossuet, Oraison funèbre de la reine d'Angleterre.
4 Le malheur pour les femmes n'a qu'une forme, elles ne comptent pour des infortunes que les déceptions du cœur.
Balzac, Honorine, Pl., t. II, p. 292.
5 L'infortune qui bouleverse un homme laisse le voisin indifférent. Pour un tel, marier sa fille est un drame; pour un autre, c'est un débarras.
J. Chardonne, l'Amour du prochain, p. 30.
Spécialt. Le fait d'être trompé (1., spécialt), en amour. || Les infortunes conjugales de qqn.
6 (…) cette fille lui jouait la comédie en paraissant s'intéresser à ses affaires. Et tout le monde est au courant de son infortune.
René Floriot, La vérité tient à un fil, p. 22.
CONTR. Béatitude, bonheur, félicité, fortune, prospérité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • infortuné — infortune [ ɛ̃fɔrtyn ] n. f. • 1350; lat. infortunium 1 ♦ Littér. Mauvaise fortune. ⇒ adversité, détresse, malheur. S apitoyer sur l infortune d autrui. Pour comble d infortune. ⇒ malchance. Compagnon, frère d infortune : personne qui partage les …   Encyclopédie Universelle

  • infortune — Infortune. s. f. Malheur, Desastre, Adversité, Disgrace. Grande infortune, estrange infortune. tomber dans une infortune. je plains son infortune …   Dictionnaire de l'Académie française

  • infortuné — Infortuné, [infortun]ée. Malheureux. Prince infortuné. cet homme infortuné. ce pauvre infortuné …   Dictionnaire de l'Académie française

  • infortuné — infortuné, ée (in for tu né, née) adj. 1°   Qui a mauvaise fortune. •   Cessez de tourmenter une âme infortunée, RAC. Mithr. III, 5. •   Je vais la préparer à vivre infortunée : C est le sort des humains, VOLT. Olymp. II, 2.    Il se dit aussi… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Infortune — In*for tune, n. [L. infortunium. See {In } not, and {Fortune}.] Misfortune. [Obs.] Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • infortuné — Infortuné, Adjectif, m. acut. Nom composé de la preposition In, et de ce nom Fortuné, Infortunatus. C est Male fortunatus, Quem mala fortuna insectatur. L Italien dit aussi Infortunato, et Sfortunato. Desfortuné, Quem bona sors missum fecit. Mais …   Thresor de la langue françoyse

  • infortune — Infortune, substantif, f. penac. Male fortune, Fortune contraire et adverse, Infortunium …   Thresor de la langue françoyse

  • infortune — (in for tu n ) s. f. La mauvaise fortune. •   .... Quel triomphe pour lui De voir mon infortune égaler son ennui !, RAC. Andr. II, 1. •   Que je suis malheureuse, et par quelle infortune Faut il que tous mes soins me rendent importune !, RAC.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • INFORTUNE — s. f. La mauvaise fortune, l adversité. Il s emploie surtout dans le style soutenu. Tomber dans l infortune. Vivre dans l infortune. Je plains son infortune. Grande infortune. Illustre infortune.   Il signifie aussi, Revers de fortune, désastre,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • INFORTUNÉ — ÉE. adj. Malheureux. Prince infortuné. Reine infortunée. Père infortuné. Mère infortunée. Vie infortunée. Jours infortunés. Sort infortuné.   Il s emploie comme substantif, dans le style soutenu. C est un infortuné, une infortunée. Secourir les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.